Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 décembre 2012 2 11 /12 /décembre /2012 10:42

sarments-d-hippocrate.jpg

Des personnages un peu stéréotypés, une histoire qui comporte quelques longueurs mais une intrigue qui se tient à peu près. Voilà, en quelques mots, comment j’ai perçu ce Prix du Quai des Orfèvres 2004, assez moyen même s’il se laisse lire jusqu’au bout. Pour en avoir lu quelques autres, celui-là me semble bien correspondre au goût des membres du jury. En conformité avec le Code de procédure pénal, classique dans son style et gentillet dans la manière de jouer avec le crime et la violence. Moins mâtiné que La septième femme, de Frédéricque Molay, il se rapproche davantage de  A l’ombre du soleil de Christelle Maurin. L’auteur cherche a rendre l’atmosphère de différents milieux mais d’une façon très conventionnelle et au prix de longueurs qui n’apportent rien à l’intrigue. L’histoire a pour cadre un hôpital normand et plus particulièrement son service de gynécologie et d’obstétrique. Plusieurs morts se succèdent au sein de ce service et tout semble tourner autour de la personnalité forte du chef de service, homme à femmes, charismatique mais controversé, y compris au sein de sa sphère familiale. Lui aussi finit par être tué. Le lecteur a droit à la description de l’ambiance convenue de la bourgeoisie d’une petite capitale provinciale et à celle plus popote de la vie d’une jeune femme, lieutenant de police, qui mène l’enquête et qui, de surcroît, est la sœur d’une interne du service où les crimes ont été commis. Cette situation interfère avec l’enquête, d’une manière un peu factice. Les fausses pistes se succèdent jusqu’au dénouement où le vrai coupable apparaît comme une réelle surprise, d’une façon un peu abrupte et sans doute trop artificielle. Autant dire que la fin laisse un peu à désirer.

La multiplication des « un peu », à l’intérieur de cette chronique est révélatrice de mon sentiment au sortir de cette lecture : impression mitigée. Ce livre sans véritables aspérités m’a plu un peu, sans plus.                                                                                                                                                                     

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans Impressions mitigées
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche