Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 novembre 2012 3 07 /11 /novembre /2012 14:57
Bien avant que les jurés du Goncourt ne statuent, j'avais emprunté "Sermon sur la chute de Rome" à la médiathèque de Trans. Le bibliothécaire qui avait bien anticipé sur la rentrée littéraire me l'avait conseillé. J'ai donc fait l'effort de...
m'y plonger. Malheureusement, au bout d'un moment, j'ai calé. Décidément, le Goncourt, ce n'est pas ma tasse de thé. J'en suis resté aux Filles du calvaire de Combescot - cela ne date pas d'hier - que j'avais lu jusqu'au bout et que j'avais trouvé bien écrit. Ferrari a lui aussi une belle écriture mais je n'ai pas accroché. Pourquoi ?... Allez savoir !... Subjectivité ?! Dans la vitrine de plusieurs libraires, j'ai vu plein de coups de coeur qui n'incluaient pas le futur Goncourt. Comme quoi, les goûts et les couleurs ! Et pour quelles raisons ces libraires auraient-ils moins bon goût que les illustres académiciens de chez Drouant ? Par expérience, je pense que des prix littéraires moins prestigieux couronnent de remarquables romans, qui valent largement tous les Goncourt. Il se murmure que le Goncourt est la chasse gardée de quelques éditeurs et que le lobbying y bat son plein, ce à quoi - sans aucun doute - n'échappent pas les autres grands jurys. Néanmoins, je suis heureux pour Actes-Sud qui est une excellente maison qui a fait son chemin et conquis dignement sa place dans le monde de l'édition.
Afficher la suite
Photo : Bien avant que les jurés du Goncourt ne statuent, j'avais emprunté "Sermon sur la chute de Rome" à la médiathèque de Trans. Le bibliothécaire qui avait bien anticipé sur la rentrée littéraire me l'avait conseillé. J'ai donc fait l'effort de m'y plonger. Malheureusement, au bout d'un moment, j'ai calé. Décidément, le Goncourt, ce n'est pas ma tasse de thé. J'en suis resté aux Filles du calvaire de Combescot - cela ne date pas d'hier - que j'avais lu jusqu'au bout et que j'avais trouvé bien écrit. Ferrari a lui aussi une belle écriture mais je n'ai pas accroché. Pourquoi ?... Allez savoir !... Subjectivité ?! Dans la vitrine de plusieurs libraires, j'ai vu plein de coups de coeur qui n'incluaient pas le futur Goncourt. Comme quoi, les goûts et les couleurs ! Et pour quelles raisons ces libraires auraient-ils moins bon goût que les illustres académiciens de chez Drouant ? Par expérience, je pense que des prix littéraires moins prestigieux couronnent de remarquables romans, qui valent largement tous les Goncourt. Il se murmure que le Goncourt est la chasse gardée de quelques éditeurs et que le lobbying y bat son plein, ce à quoi - sans aucun doute - n'échappent pas les autres grands jurys. Néanmoins, je suis heureux pour Actes-Sud qui est une excellente maison qui a fait son chemin et conquis dignement sa place dans le monde de l'édition.
Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans Déceptions
commenter cet article
20 octobre 2012 6 20 /10 /octobre /2012 19:58

En fouillant dans les rayons de la médiathèque de ma ville, je suis tombé sur un polar dont le texte de 4ème de couverture m'a paru alléchant. Un polar hollandais, publié par Rivages. A priori, un gage de qualité. Je l'ai emprunté.  A peine avais-je terminé la première page que je pressentais les difficultés que j'allais éprouver pour poursuivre cette lecture. Ne voulant pas céder au découragement, j'ai insisté. Finalement, j'ai dû renoncer. J'ai refermé le livre. Pourquoi cet abandon ? Sans doute à cause du style : confus, à la limite de l'illisibilité ( Point de vue subjectif sans doute mais confronté à une réalité ). Tantôt, les phrases, longues, sont entrecoupées d'incises, elles mêmes longues, qui les rendent incompréhensibles, sauf au prix d'incessants retours en arrière. Tantôt, elles se succèdent en rafales, courtes, elliptiques, donnant un style haché. Est-ce la recherche volontaire d'un effet de style ? Possible. Est-ce dû à une mauvaise traduction ? Peut-être. Ou aux deux. Je n'aime pas ce genre d'évènement, une sorte d'échec. Peut-être réouvrirai-je ce livre dans quelques jours. Je ne souhaite pas porter un jugement trop hâtif. J'ai consulté Amazon pour voir les commentaires portés sur ce roman. Aucun ! Le livre est très mal classé ( Il est vrai qu'il est sorti il y a presque vingt ans ).

Si l'un(e) ou l'autre d'entre vous l'a lu et l'a apprécié, je suis preneur de vos avis. Sinon, peut-être certains d'entre vous auront-ils envie de relever le défi. Si je parviens à surmonter ce rejet et que je réussis108_0475.JPG à le lire, je livrerai une chronique en bonne et due forme. Pour me racheter ! Car il me paraît choquant de stigmatiser un livre quand on n'a pas eu le courage de le lire jusqu'au bout.

 

Retour au Maine, de J. Van de Wetering, Ed. Rivages thrillers, mai 1993, 201 pages.

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans Déceptions
commenter cet article
18 septembre 2012 2 18 /09 /septembre /2012 07:09

Déception : Du bois pour les cercueils, de Claude Ragon...

par Jean-Michel LECOCQ, mardi 18 septembre 2012, 06:56 · 
Vos changements ont été enregistrés.

Le corps d'un contremaître est retrouvé broyé par une machine dans une fabrique de panneaux de bois du Haut-Jura. Comme les gendarmes ne semblent pas valider l'hypothèse d'un crime, le commissaire Gradenne de la PJ est envoyé sur place avec son jeune adjoint pour s'assurer que l'hypothèse du meurtre est bien à abandonner. Le commissaire contracte une forte grippe et c'est depuis sa chambre d'hôtel qu'il suivra le déroulement de l'enquête menée par son collègue novice qui va se battre contre l'omerta qui règne dans ce pays rude pour faire la lumière sur ce qui, au final, est bien un crime.

Ce polar qui a été couronné par le Prix du Quai des Orfèvres en 2011 cherche à recréer l'ambiance d'une enquête à la Maigret sans en avoir les qualités. Le fait d'être éreinté par la critique sur des sites en ligne n'est pas forcément un gage de médiocrité, certes, mais certains reproches semblent fondés, notamment une enquête qui traîne en longueur et dans laquelle on sent trop le côté documentaire sur le traitement du bois dans une usine du Jura. Il est vrai que l'auteur était ingénieur dans ce secteur et cela se sent. Une autre critique, commune à plusieurs prix du Quai des Orfèvres pour qui c'est une exigence, la recherche de la conformité aux procédures judiciaires qui se fait au détriment de la spontanéité et de l'originalité. Comme le dit un commentaire sur Amazon, Simenon n'a pas à se faire de souci, il n'est pas prêt d'être détrôné, en tout cas pas par ce roman gentillet qui ne m'a pas laissé une impression forte. Se lit facilement, peut distraire. Mais, sans plus.

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans Déceptions
commenter cet article

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche