Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 14:38

illustration de couverture

Un court extrait de mon nouveau polar "Dans la mémoire de l'autre" :

 

Nice, le 29 juillet 2011, 10 heures,

 

    C’est le vacarme que font les éboueurs qui m’a tiré de mon sommeil dès six heures. Pourtant, cette nuit, j’ai mieux dormi. Mes cauchemars ont encore hanté ma nuit mais avec moins d’insistance que les jours précédents. J’ai l’impression que ma rencontre avec Foletti m’a fait du bien, en me soulageant d’un poids. Un processus s’est mis en route qui devrait rapidement m’apporter la lumière sur ce qui m’arrive. Tout du moins, je l’espère. Hier soir encore, j’ai trouvé dans ma boîte électronique un autre message, aussi inquiétant que les autres : « Ne te rends –tu pas compte de ce que tu as fait. Es-tu inconscient à ce point ? »

Aucune signature et une adresse d’envoi en gmail qui en dit long sur le souci d’anonymat de l’expéditeur. Je me suis fait expliquer le procédé technique utilisé par mon tourmenteur. Impossible de l’identifier, m’a précisé un ami, seule une procédure judiciaire permet de contraindre l’opérateur à révéler la véritable adresse d’expédition. Il paraît que cette adresse a pu être fabriquée dans un cybercafé et les messages postés du même endroit. L’anonymat total, le secret parfait ! J’ai quand même fourni l’adresse et copie des messages à Foletti. Aucun risque qu’il découvre ce que j’aurais réellement fait. Il pensera qu’il s’agit des torts que j’ai causés à Bréault et à Lauzière. Peut-être parviendra-t-il à localiser l’adresse d’expédition et, qui sait ? à repérer l’internaute auteur de ces messages, en planquant dans le cybercafé ?

    Tous mes espoirs reposent désormais sur Foletti et, chaque seconde, chaque minute, chaque heure qui passent rendent plus fébrile l’attente de son prochain contact. Combien de temps devrais-je patienter avant qu’il m’appelle ? Il le fera, ça c’est sûr, dès qu’il aura de premiers éléments à me fournir mais cela peut prendre des jours et des jours. Des jours d’angoisse à me demander qui est au courant, qui m’a suivi, me suit sans doute encore et guette le moment propice pour me porter l’estocade. Si ce n’est pas Lauzière, c’est sans doute Bréault. Lui a encore de plus sérieux motifs de haine contre moi.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans Mes romans
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche