Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 octobre 2012 3 31 /10 /octobre /2012 17:50

Aujourd’hui, c’est un anniversaire. Celui de notre visite à Orta, petite cité lombarde nichée au cœur de la montagne, sur les rives du lac du même nom, à quelques kilomètres du Lac Majeur. Il y a quatre ans, jour pour jour, nous arrivions dans cet endroit étonnant, à la tombée de la nuit. Il tombait des hallebardes, comme aujourd’hui et les rues étaient désertes. Nous pénétrâmes dans le village par la nef de l’église, ouverte à tous les vents, sombre et inquiétante, et nous débouchâmes sur une longue perspective, à peine éclairée, qui descendait en pente douce vers le lac. D’immenses bâtisses, semblables à des palais, la longeaient, dissimulant dans la pénombre le décor somptueux de leurs façades baroques. Seule quelques fenêtres allumées donnaient à cette cité un semblant de vie, comme une veille discrète sur un décor de théâtre de la comedia Dell’arte abandonné la nuit venue par les acteurs et par le public. Je fus tellement frappé par cet endroit que je décidai d’en faire le cadre d’un chapitre de mon roman en cours d’écriture, le premier, à savoir Le secret des Toscans. Le temps de digérer cette rencontre fulgurante et j’en ai fait le décor lugubre où le policier québécois Lafontaine vient en catimini fouiller la résidence secondaire de Maupas, le directeur d’un laboratoire qu’il suspecte d’activités illicites. J’ai pris un énorme plaisir à rédiger ce chapitre, à distiller l’angoisse qui monte crescendo jusqu’à la fin du chapitre où Lafontaine fait une terrible découverte. « Frissons garantis et on s’y serait vraiment cru », m’a confié un jour une lectrice qui connaissait l’endroit. 

Tout récemment, j’ai eu l’occasion de visiter Rians, un village du Haut-Var, dans le Parc naturel régional du Verdon. J’ai été frappé par le décor de ses petites rues tortueuses le long desquelles s’alignaient des façades aux courbes médiévales et aux décorations pittoresques. Dans ce village semblable aux cités de Haute-Provence si chères à Magnan, j’aurais pu imaginer le commissaire Laviolette déambulant dans les rues en pentes, en faisant se dandiner sa lourde silhouette. Qui sait ? Je ferai peut-être un jour de ce village ou de son équivalent le décor de l’un de mes prochains polars. Certains lieux ont une telle puissance d’inspiration qu’ils vous donnent à voir la scène qui peut s’y dérouler. Dès lors, il n’y a plus qu’à transcrire. J’ai déjà consacré un article à d’autres lieux magiques qui m’ont inspiré : le théâtre d’Ermoupoli sur l’île de Syros ou encore l’île de Mull, au nord de l’Ecosse. Dans Rejoins la meute  qui paraîtra sans doute fin 2013, je fais la part belle aux Cévennes, région majestueuse qui recèle tant de mystères. Là encore, c’est la découverte de cette magnifique région qui m’a inspiré le sujet du roman.

J’ai voulu illustrer mon propos par une photo de Bo’Ness, ville écossaise chère à mon cœur où je situe quelques-uns des premiers chapitres du Christ jaune, mon deuxième polar.

BONESS-1.JPG

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans les lieux
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche