Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 15:56

Le théâtre d'Ermoupoli

par Jean-Michel LECOCQ, jeudi 5 janvier 2012, 00:10 · 

Ce théatre situé sur l'île de Syros ( Cyclades ) est le décor d'un chapitre de mon deuxième roman "Le Christ jaune". En voici un extrait : " Le théâtre d'Ermoupoli était une curiosité que signalaient volontiers les guides touristiques. C'était la réplique parfaite de la Scala de Milan et cette caractéristique avait fait son succès puisque des concertistes accouraient du monde entier pour jouer dans cette salle où, l'espace d'un soir, ils avaient la sensation d'être sur l'Olympe de la musique. A partir du printemps et jusqu'aux premiers jours de l'automne, les festivals se succédaient, attirant de tous les coins de l'Europe une foule de mélomanes aisés que l'exotisme des lieux et le prestige des affiches fascinaient, leur faisant dépenser des fortunes. Du hall, on pouvait accéder, par deux escaliers en forme d'arcs de cercle, aux trois étages dotés de galeries qui desservaient des rangées de loges capitonnées de velours rouge et meublées de cabriolets Louis XV. Le plafond de la salle était décoré en son centre d'une coupole circulaire contenant dans des médaillons les portraits de grands musiciens et ceux de quelques philosophes grecs. L'homme avec lequel François avait rendez-vous lui avait demandé de l'attendre dans une loge. Le galeriste avait opté pour une loge du troisième étage d'où il avait une vue plongeante sur la salle. Sa formation d'architecte lui permettait d'apprécier la splendeur de ce lieu unique, la souplesse des lignes et l'harmonie des formes, autant d'éléments au service de la musique et du chant et qui participaient à leur génie. Ce lieu portait en lui-même l'âme des spectacles qu'on y donnait. Rien ici ne pouvait être commun. Une répétition venait de commencer pour le festival de printemps. Un pianiste et une violoniste étaient montés sur la scène et accordaient leurs instruments. Puis, ils commencèrent à tirer les premiers accents d'un concerto de Tchaïkowsky. Un homme, assis au premier rang, qui devait être le mentor du violoniste, les interrompait régulièrement pour prodiguer ses conseils à son protégé, illustrant son propos par le mime. "

Extrait du roman "Le Christ jaune ", pp. 101 et 102

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans les lieux
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche