Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 novembre 2013 7 10 /11 /novembre /2013 10:27
On parle beaucoup de "24" et de "portrait-robot" qui seront encore à l'honneur au salon du livre de Toulon. Mais on parle moins - sans doute parce que le temps a passé - du "Christ jaune", mon deuxième polar auquel je voue pourtant une affe...ction toute particulière. Sans doute parce que, comme me le faisait remarquer un lecteur, j'y ai mis beaucoup de moi-même. En voici un extrait qui a pour cadre un endroit magique que je vous invite à découvrir : le Trouve-tout-du-livre, dans le hameau du Somail, le long du canal du midi, tout près de Narbonne ( Voir photo ci-jointe ).

"Le Somail, le 17 avril 2009

Il avait dû quitter l’autoroute à Narbonne et s’engager sur le réseau secondaire qui conduisait au cœur du Minervois. Le Somail était un petit hameau pittoresque niché au bord du canal du Midi. Un ouvrage aux allures de pont romain mais pourtant né au XVIIe siècle du talent de l’ingénieur Riquet enjambait le canal entre un vieux pigeonnier aux formes médiévales et une auberge recouverte de lierre dont la terrasse, abritée sous les frondaisons, devait faire les délices des touristes au cœur de l’été. Une rangée de peupliers apportait au canal et aux plaisanciers encore peu nombreux en ce début de printemps une ombre bienveillante. La librairie se trouvait en face du pont. Abritée dans un vieux corps de ferme, elle occupait une ancienne grange réhabilitée et aménagée en un lieu incroyable. Dans une salle d’une superficie d’environ trois cents mètres carrés à laquelle on parvenait par un corridor long d’une quinzaine de mètres et large de cinq, se trouvaient réunis des milliers d’ouvrages et de revues d’occasion balayant tous les domaines de la connaissance, répartis dans des rayonnages qui, sur plus de huit mètres de hauteur, grimpaient jusqu’à une charpente aux poutres chevillées. Tout autour de la salle, à mi-hauteur, une promenade en mezzanine à laquelle on accédait par deux escaliers latéraux permettait aux visiteurs de fouiner dans les rayons les plus élevés. Des projecteurs disposés de loin en loin et fixés sur la partie supérieure des rayonnages donnaient à l’ensemble une atmosphère intime, presque religieuse, qui seyait à merveille à cet endroit qu’on eût dit fait pour la contemplation et le recueillement. Chaque secteur disciplinaire était indiqué par une signalétique rudimentaire faite de panonceaux de carton sur lesquels on avait griffonné les catégories devenues traditionnelles de la classification universelle. Quelques employées allaient et venaient telles des fourmis portant dans leurs bras des piles de livres, les rangeant dans un rayon ou les en extrayant pour les apporter vers la caisse où une préposée à l’expédition les emballait dans des cartons avant de les envoyer aux acquéreurs. Ce lieu fonctionnait selon une merveilleuse mécanique qui força l’admiration du galeriste et lui rappela par certains côtés celle du dépôt d’Emmaüs où il avait récupéré Les Amoureux.

François Lemel se dirigea vers le secteur « Arts » lui-même subdivisé en sous-ensembles dont celui réservé à la peinture était le mieux abondé. Il passa une bonne partie de sa matinée à fouiller dans les rayons sans trouver trace de la revue. Il lui avait fallu quitter la librairie pour le temps du repas pendant lequel le magasin fermait ses portes. Dès deux heures, il avait repris son patient travail de fourmi. Ses recherches durèrent tout l’après-midi. Il allait s’abandonner au découragement lorsque, quittant le secteur, il aperçut, posées sur le côté des marches qui conduisaient à la mezzanine, plusieurs piles de revues, abandonnées là comme reléguées à une position inférieure, sans doute en raison de leur statut de revues et probablement aussi en raison de leur aspect dégradé. Il n’y avait aucun ordre dans cet empilement qui consistait en un mélange de titres divers mais tous consacrés à la peinture, à la sculpture ou à l’architecture. Il feuilleta les premiers numéros qui lui tombèrent sous la main et, à force de ténacité, finit par y dénicher quelques exemplaires de la revue L’œil. Le premier qu’il ouvrit, parce qu’il était sur le dessus de la pile et le mieux conservé, datait de 1986 et portait comme sous-titre Les voyages de Marquet. La revue était de qualité, tirée sur papier glacé et contenait des articles apparemment d’un très bon niveau à en juger par les signatures. François Lemel s’en voulait de n’avoir jamais consulté cette revue très professionnelle qui faisait une large place aux galeries et qui devait s’adresser à un public fort aisé. Ce ciblage n’était pas étonnant pour une revue financée par l’Union des banques suisses dont le siège social se trouvait à Genève. Il classa les numéros à mesure qu’il les dénichait dans ces piles hétéroclites dont la manipulation soulevait un nuage de poussière. Hélène Marval avait situé l’article dans les années 85-86. Huit numéros correspondaient à cette période sur les vingt-quatre qu’avait produits cette revue au tirage mensuel. Une chance sur trois de n’avoir pas fait pour rien ce déplacement en terre languedocienne. La librairie fermait ses portes à dix-huit heures et il était dix sept heures. Il fallait faire vite, parcourir chaque numéro en raison de l’absence de sommaire, le feuilleter deux ou trois fois pour être sûr de n’avoir pas oublié de page ou de n’avoir pas été trahi par un titre et passer au suivant. Le temps filait et avec lui l’espoir lorsque, soudain, il s’arrêta sur un titre en quatrième page du septième numéro.

La théorie des faux : réalité ou légende ?"

La suite est à découvrir dans le livre. Un suspense très prenant...
Afficher la suite
le-trouve-tout-du-livre.png

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans Mes romans
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche