Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2014 1 03 /11 /novembre /2014 11:13

sans-visage.pngDécidément, à mesure que je découvre de nouveaux prétendus polars, je prends conscience du fait que les frontières s’estompent de plus en plus. « Sans visage », avec sa couverture gore pourrait, à première vue, passer pour un thriller pus jus. En fait, c’en est un car il y a un – que dis-je ? - deux cadavres, résultats d’un mode opératoire qui fait froid dans le dos et, pourtant, je n’ai pas eu l’impression de lire un thriller, pas même un polar mais plutôt un roman, tout simplement, même pas un suspense psychologique. En fait, il y a bien une intrigue, il y a une sorte d’enquête et même un dénouement mais, ce qui est au premier plan, ce sont avant tout l’amitié et les relations entre deux femmes exilées à Londres. Deux Finlandaises quelque peu hors normes, sauf à penser que les Finlandaises sont des femmes sortant des sentiers battus. Il y a Lia, une jeune femme employée dans un magazine en vue au sein duquel elle assure l’emploi de maquettiste. Un jour, Lia aperçoit dans le coffre d’une voiture, le corps sans visage d’une  femme qui a été écrasée par un rouleau compresseur. Elle devient alors obsédée par ce cadavre et veut à tout prix comprendre d’où vient la victime et pourquoi elle a été tuée. Et puis, il y a Mari, une autre Finlandaise installée elle aussi à Londres où elle a monté une sorte d’agence qui mène à bien des missions commandos de toutes sortes et, pour l’heure, qui conduit une campagne de déstabilisation du leader en vue de l’extrême-droite anglaise. Lia et mari vont se rencontrer, devenir amies et même complices, avec, comme arrière-plan, le meurtre de prostituées lettones. Plus on avance dans le roman, plus on évoque le meurtre de ces jeunes femmes immigrées elle aussi et qui vivaient sous la coupe d’un affreux souteneur. Mais, on a le sentiment que l’histoire qui se trouve au centre de ce roman est celle de l’amitié entre Mari et Lia, de leurs histoires personnelles et que les meurtres ne sont que de simples éléments du décor. Pour autant, ce roman est intéressant, bien écrit et je me suis surpris à vouloir aller au terme de ma lecture malgré la faiblesse du suspense. En résumé, un petit coup de cœur.

Sans visage, de Pekka Hiltunen, Folio policiers, mai 2014, 544 pages, 8 € 90.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans Coups de coeur
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche