Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 avril 2013 4 04 /04 /avril /2013 20:24

L-homme-de-Lewis.jpg

Le texte de la quatrième de couverture annonce un polar : après la mort tragique de son fils et la fin de son couple qui n’a pas survécu à ce drame, Fin MacLeod,un ex-policier, retourne sur sa terre natale, au nord des îles Hébrides, pour restaurer la maison de ses parents. Voilà qu’à son arrivée, on découvre, sous la tourbe, le corps d’un jeune homme tué une cinquantaine d’années plus tôt. Qui était-il et qui l’a tué ? Ce sont les questions auxquelles Fin MacLeod va tenter de trouver des réponses. Au-delà d’un simple et énième polar, c’est un fabuleux roman que nous livre là Peter MAY, un de ces romans qui renvoient à des chefs-d’œuvre comme « Seul le silence » de RJ ELLORY. Certes, le lecteur est confronté à une intrigue policière mais aussi et surtout à une prodigieuse fresque historique et sociale qui raconte de façon émouvante l’histoire tragique de ces orphelins que l’église catholique déportait sur les îles Hébrides pour servir d’esclaves à des familles d’accueil. Dans cette description d’une société rurale rude du milieu du XXe siècle, on retrouve des échos des évocations de l’Islande de Indridason ou de la Norvège de Unni Lindell. On y retrouve à coup sûr des accents propres à cette littérature nordique qui ne se contente pas de nous offrir des intrigues policières mais les insère dans un environnement déroutant et envoûtant qui devient, autant que le suspense, le moteur du roman. On se laisse prendre par ce récit, servi par un style séduisant, faisant alterner les époques et les points de vue. Le regard que porte le vieux MacBride, atteint de démence,  sur sa vie et sur ce qui l’entoure est parfaitement rendu et sert efficacement le récit. A la fin, le suspense et l’action reprennent clairement leurs droits pour un final en apothéose. Une belle réussite que ce roman que je recommande vivement, au-delà du cercle bien spécifique des amateurs de polars, à tous ceux qui aiment la belle littérature et le mystère.

 

L’homme de Lewis, de Peter MAY, Editions du Rouergue, 2011, 380 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans Coups de coeur
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche