Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2012 2 31 /07 /juillet /2012 17:37

Coup de coeur : L'homme aux cercles bleus , de Fred Vargas ...

par Jean-Michel LECOCQ, mardi 31 juillet 2012, 17:34 · 

L’homme aux cercles bleus, de Fred Vargas…

C’est une expérience très intéressante et un privilège que de pouvoir découvrir à rebours l’œuvre de Fred Vargas. La plupart, sinon la totalité des inconditionnels de cette gigantesque auteure, l’ont lue dans l’ordre où elle publiait ses romans. Ce sont des admirateurs de la première heure. Ils ont une expérience et une vision chronologiques de son œuvre. Je suis en retard sur eux car j’ai découvert Fred Vargas sur le tard. Et c’est une chance. J’ai lu « L’armée furieuse » bien avant « L’homme aux cercles bleus » et « Un peu plus loin sur la droite » avant « Ceux qui vont mourir… », un peu à la manière d’un archéologue qui, partant des strates les plus récentes, remonte vers les strates les plus anciennes et découvre ainsi le substrat qui lui permet de comprendre les filiations, de saisir les ingrédients et les mécanismes de la genèse d’une civilisation. Avec « Ceux qui vont mourir… », j’avais déjà cru déceler dans le personnage de Richard Valence les éléments fondateurs des commissaires Kehlweiler et Adamsberg. Une sorte d’épure, en quelque sorte. Un prototype. Avec L’homme aux cercles bleus, je me suis retrouvé plongé dans les prémices d’une douce folie qui trouvera son accomplissement dans L’armée furieuse. Après avoir parcouru leurs aventures communes, j’ai découvert la première rencontre entre Adamsberg et Danglard. Paradoxalement, cela m’a permis de mieux apprécier ce que j’avais lu jusqu’alors de Vargas. L’homme aux cercles bleus est un creuset expérimental dans lequel Vargas affûte ses personnages, aiguise son style, éprouve la puissance des images, élaborant et confortant ainsi ce ton si particulier et cette puissance métaphorique qui consacreront ses œuvres les plus récentes. Elle y fait s’entrechoquer les personnages, leurs sentiments, leurs contradictions, leurs paradoxes, leurs mensonges, poussant l’absurdité des relations humaines dans leurs ultimes retranchements, jusqu’au non-sens. C’est sans doute pour cela que « L’homme aux cercles bleus » bouillonne de tant d’audaces, fait jaillir autant d’étincelles, tel un magma en fusion où se forgent l’univers et le style d’un auteur incomparable. Par instants, j’y ai retrouvé des échos de « La vieille dame qui marchait dans la mer », de Frédéric Dard, sans doute en raison de cet univers complètement déjanté dans lequel les personnages de Vargas se meuvent avec autant de fantaisie mais aussi autant de vérité et de justesse. « L’homme aux cercles bleus » est sans conteste une œuvre majeure dans la série des Fred Vargas. A découvrir pour ceux qui, comme moi, ont un peu de retard et à consommer sans modération.

L'homme aux cercles bleus, de Fred VARGAS, 2004, Editions J'ai lu, 220 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars - dans Coups de coeur
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche