Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2019 3 20 /03 /mars /2019 16:04

L'histoire, en deux mots : un policier suisse retourne dans une petite île proche de la Suède pour y retrouver ses racines autour desquelles semble planer un mystère.

Mon avis : Une fois plongé dans ce roman qui tient autant du thriller que du polar, j’ai ressenti une sensation étrange de dépaysement, semblable à celle que me procurent les polars nordiques, qu’ils soient islandais, norvégiens ou suédois. C’est la première réussite de cet ouvrage dont l’auteur est Suisse mais qu’on croirait écrit par un Suédois tant le récit dégage une impression d’authenticité. Car, à l’exception de quelques parenthèses en Suisse, à Paris ou à Stockholm, l’intrigue a pour cadre l’île de Gotland au large de la Suède. Bien que le récit se situe à notre époque en opérant des va-et-vient entre 1979 et 2016, on se trouve plongé d’entrée de jeu dans une culture vieille de plusieurs siècles, héritée des Vickings.

La deuxième réussite réside dans la capacité de Marc Voltenauer à restituer des mythes, des croyances et des rituels anciens hérités du paganisme vicking et à les intégrer de façon crédible à une intrigue contemporaine.

La troisième réussite de l’auteur est de tenir le lecteur en haleine tout au long du roman. Au début, il faut s’accrocher car, au fil de chapitres courts, on passe d’une époque à une autre, on change de personnages ; il faut lire d’une traite les cinquante premières pages pour que le cadre général de l’histoire se mette clairement en place. Ensuite, on se trouve happé par un récit rythmé et passionnant servi par une belle écriture et des personnages très attachants. Thriller, polar, roman d’action, ces trois genres sont ici réunis pour le plus grand plaisir du lecteur.

La quatrième réussite réside dans le talent de l’auteur à brouiller les cartes tout au long de son récit pour ménager jusqu’au dénouement un suspense prenant.

Un autre mérite de Marc Voltenauer, c’est d’avoir considérablement travaillé son sujet avant de passer à l’écriture. C’est un roman magnifiquement documenté et, au-delà de l’intérêt du récit qui se laisse dévorer avec gourmandise, on découvre avec intérêt, au cœur de l’Europe, une étonnante société insulaire avec son histoire et ses codes propres.

A mes yeux, un critère essentiel de qualité d’un roman réside dans le fait que le lecteur n’a pas envie de lâcher le livre et que, s’il vient à le reposer pour répondre aux contingences de la vie quotidienne, il n’a qu’une hâte, c’est de s’y replonger. C’est l’expérience que j’ai vécue avec ce roman. Chapeau à l’auteur !

J’avais beaucoup aimé « Le dragon du Muvéran », son premier roman. Ce dernier opus confirme le grand talent de Marc Voltenauer, un auteur à découvrir d’urgence.

L’aigle de sang, de Marc Voltenauer, éditions Slatkine et Cie, mars 2019, 508 pages, 22, 90 €.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche