Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 octobre 2017 4 12 /10 /octobre /2017 18:07

Cet homme est un sorcier. Ses romans vous envoûtent et tout particulièrement celui-ci. Avec « Le dernier violon de Menuhin », Xavier-Marie Bonnot nous livre un récit, celui de la carrière et de la vie de Rodolphe Meyer, un violoniste virtuose, un des meilleurs de son temps et qui a hérité le violon de son maître, Yehudi Menuhin. Au-delà de la carrière internationale de ce soliste hors pairs, il y a son enfance, sa relation avec sa mère, son père, son frère et sa grand-mère Emilie qui vient de mourir et dont il hérite de la ferme « au fond de nulle part », dans la montagne aveyronnaise. Il va y vivre une sorte de retraite quelque peu forcée. C’est là dans un décor sauvage, parfois hostile, dans la solitude d’une ferme isolée autour de laquelle rôde la légende d’un enfant maudit, que Rodolphe devenu alcoolique va dresser le bilan de sa vie, au fil d’un récit onirique qui le met aux prises avec l’Autre, ce personnage auquel il se confie, une sorte de double de sa conscience, et dont on ne sait vraiment qui il est. C’est une femme assurément, allégorie qui renvoie à la mère, à la grand-mère ou à son Amour, personnages qui reviennent de façon obsessionnelle tout au long du roman. Il y a aussi ce thème récurrent de la relation au père qu’on trouvait déjà sous une autre forme dans son précédent roman, la Vallée des ombres. Quel talent pour évoquer l’univers de la musique classique, quelle connaissance impressionnante des œuvres, des musiciens qui les interprètent et des subtilités de leur interprétation ! Mais ce qui m’a transporté, autant que la culture musicale de l’auteur, autant que l’épaisseur du personnage central et autant que le caractère passionnant du récit, c’est la langue et le style de Xavier-Marie Bonnot qui atteint là le sommet de son art. Pourquoi ce roman n’apparaît-il pas dans la sélection du Goncourt ? J’en veux aux pensionnaires du restaurant Drouant d’être passés à côté d’une œuvre aussi remarquable. Voilà un grand écrivain et un magnifique roman. Empressez-vous de le découvrir.

Le dernier violon de Menuhin, de Xavier-Marie Bonnot, Belfond, août 2017, 265 pages, 18 €.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche