Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2017 4 11 /05 /mai /2017 19:26

Quand vous lisez deux intrigues dans un même polar, c’est déjà double ration de plaisir. Quand ces deux intrigues tissent entre elles des liens de plus en plus étroits pour finir par se fondre en une seule histoire qui, à plus de quarante ans de distance, rejoint la grande Histoire, le plaisir est décuplé. Et, quand ce fabuleux polar est dû à la plume du talentueux Nicolas Lebel, c’est un régal. Pour ne pas déflorer l’intrigue, il suffit de savoir que le capitaine Mehrlicht et son équipe sont sur les dents après qu’on a découvert dans les toilettes d’un pub parisien le corps d’un sujet britannique qui a fait visiblement l’objet d’une exécution. L’enquête démarre le jour où Mehrlicht se voit attribuer une jeune stagiaire. Entre ses passes d’armes avec ses équipiers habituels, sa volonté de revanche sur Julien Lepers et le bizutage de sa stagiaire, Mehrlicht donne le meilleur de lui-même et, à travers lui, un Nicolas Lebel brillantissime tant sur le plan de la qualité du suspense que sur celui de l’écriture, notamment dans les dialogues qui constituent un monument d’humour. Parallèlement à l’enquête de Mehrlicht qui se situe à Pâques 2016, se déroule une autre histoire, en Irlande du Nord, aux alentours de 1970, au plus fort du conflit qui oppose les Catholiques aux Protestants et à l’armée britannique. C’est une fabuleuse fresque qui a pour cadre la ville de Londonderry, une histoire sanglante dont les répercussions vont se manifester quarante ans plus tard en impactant l’enquête de Mehrlicht et de son équipe. Quand on connaît la complexité du drame irlandais, on imagine aisément celle d’une intrigue construite avec maestria, un véritable travail d’orfèvrerie ou de dentellerie. En tout cas, une belle mécanique, un subtil travail de broderie qui amène les deux histoires à s’entremêler selon une logique rigoureuse. Chacune des deux histoires a son style propre mais l’ensemble est marqué par une grande qualité littéraire. A certains moments, l’histoire irlandaise prend des allures d’épopée et je me suis surpris à évoquer la puissance d’écriture d’un RJ Ellory dans « Seul le silence » ou encore d’un Peter May dans « L’homme de Lewis ». Avec ce nouvel opus, Nicolas Lebel est encore monté en puissance et nous livre là un petit bijou à la fois policier mais aussi littéraire, au terme d’un travail de documentation et de construction exceptionnel. Bravo l’artiste ! Un superbe polar mais pas que, comme dirait un éditeur de mes connaissances. A découvrir de toute urgence.

De cauchemar et de feu, de Nicolas Lebel, Marabout, mai 2017, 414 pages, 19 € 90.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche