Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 janvier 2017 4 26 /01 /janvier /2017 07:46

Qu’il est donc original, talentueux et jubilatoire ce roman de Frédéric Révérend ! Imaginez-vous dans une immense salle de musée dont les murs garnis de toiles impressionnistes évoquent ces années où les hommes portaient des lavallières et les femmes des crinolines, des toiles qui vous transportent à la Belle-époque au travers de scènes, de personnages et de lieux mythiques comme le Giverny de Claude Monet. Imaginez de surcroît que vous puissiez, au gré de votre fantaisie, entrer dans chacune de ces toiles pour les vivre de l’intérieur, y faire des rencontres étonnantes et, au fil de celles-ci, suivre pas à pas l’incroyable enquête que mène le jeune peintre Gilbert petit-Rivaud qui cherche à élucider le mystère d’un homme retrouvé décapité, dans l’Epte, à quelques pas de la résidence de Monet. Vous aurez ainsi une idée de la démarche de cet auteur créatif et imaginatif. Mais ce meurtre n’est-il pas qu’un prétexte ? A sa manière, Gilbert Petit-Rivaud suit le chemin d’Alice lorsque le lapin l’invite à la suivre dans son terrier. Car, assurément, il y a chez Frédéric Révérend quelque chose de Lewis Caroll. Ne rencontre-t-on pas, d’une certaine façon des personnages analogues dans ce conte drolatique, une sorte d’épopée onirique, une sorte de construction fantastique que, sur le plan du fond comme de la forme, n’auraient pas reniée les membres de l’Oulipo, avec, par moments, ses inventaires et ses trouvailles à la Pérec. En affirmant cela, je pense en particulier à ce fabuleux passage qui évoque la confrérie du palindrome. Extraordinaire exercice de style qui illustre l’immense talent de ce romancier qui sort des sentiers battus et invente un univers unique en marge de la littérature policière. Je me suis régalé du début jusqu’à la fin. Tenter de résumer l’histoire irait à l’encontre de sa richesse. Et, par-dessus le marché, même si l’éditeur l’annonce « Roman pas policier mais presque… », le suspense est présent et la fin inattendue. Enfermez-vous dans l’univers de Frédéric Révérend et vous aurez les plus grandes peines du monde à en sortir, pour votre plus grand plaisir… 226 pages de pur bonheur…

La drolatique histoire de Gilbert Petit-Rivaud, de Frédéric Révérend, Editions Lajouanie, octobre 2016, 226 pages, 18 €.

Partager cet article

Repost 0
Published by ma fabrique de polars
commenter cet article

commentaires

Issn 2267-0947

  • : Le blog de ma fabrique de polars
  • Le blog de ma fabrique de polars
  • : J'écris et je publie des polars, ou des thrillers, selon les préférences. Ce blog est destiné à les présenter, à évoquer mon activité d'écriture et à publier mes coups de coeur.
  • Contact

Recherche